25 janvier 2011

WBCOOP: Suisse - Belgique 2-0

Premier event des WBCOOP (World Blogger Championship Of Online Poker) hier soir, un PLO. L'objectif était clairement de se qualifier pour le main event de dimanche, étant donné que je ne pourrai certainement pas jouer les manches suivantes. Et objectif atteint, puisque je me glisse "dans l'argent" remportant au passage un ticket de 11$ pour les SCOOP, en plus du sésame pour le ME. 128è; cette place fait en outre de moi le last longer parmi la myriade de bloggers qui ont participé au last longer mis en place par Stefal. Une petite victoire qui me permet de brag un peu aujourd'hui, non pas pour le prize généré (30$), mais par la fait que les deux derniers joueurs encore en vie dans le challenge étaient également les deux seuls Suisses présents au départ de l'épreuve. Je n'ai en effet survécu à Lesage que de quelques secondes. C'est marrant, parce qu'à l'instar de mon compatriote, j'ai vraiment trouvé que j'avais abordé ce PLO de manière très weak, mais bon, j'ai pris ce qu'il y avait à prendre (le ticket du ME) et ai terminé devant l'armée belge à qui je donne rendez-vous dimanche pour le main (je ne disputerai normalement pas d'autres épreuves.... hé oui, apéros et... mon anniversaire cette semaine). Merci Stefal pour le last longer, great idea.

23 janvier 2011

She's got the Jack

Je vous avais déjà fait le coup, ici ou là, de sortir de mon tiroir des chansons qui parlaient, de près ou de loin, de notre jeu favori. Honte à moi, et bien qu'auditeur régulier du groupe australien, j'avais omis de parler du "She's got the Jack" d'AC/DC, un haut fait dans la période bluesy des hardeux. Rock'n roll ain't noise pollution, rock'n roll ain't gonna die.

She gave me the Queen
She gave me the King
She was wheelin' and dealin'
Just doin' her thing
She was holdin' a pair
But I had to try
Her Deuce was wild
But my Ace was high
But how was I to know
That she'd been dealt with before
Said she'd never had a Full House
But I should have known
From the tattoo on her left leg
And the garter on her right
She'd have the card to bring me down
If she played it right

She's got the jack, she's got the jack
She's got the jack, she's got the jack
She's got the jack, she's got the jack
She's got the jack, she's got the jack
She's got the jack, jack, jack, jack, jack, jack, jack
She's got the jack

Poker face was her name
Poker face was her nature
Poker straight was her game
If she knew she could get you
She played 'em fast
And she played 'em hard
She could close her eyes
And feel every card
But how was I to know
That she'd been shuffled before
Said she'd never had a Royal Flush
But I should have known
That all the cards were comin'
From the bottom of the pack
And if I'd known what she was dealin' out
I'd have dealt it back

She's got the jack, she's got the jack
She's got the jack, and who knows what else?
She's got the jack, yeah, yeah
She's got the jack, she's got the jack
She's got the jack, she's got the jack
She's got the jack, jack, jack, jack, jack, jack, jack
She's got the jack

She's got the jack, she's got the jack,
Ooh, It was a bad deal, (Jack)
She gave me the (Jack), hey
She's got the (Jack), she's got the (Jack)
She's got the (Jack), ooh can't you tell
She's got the (Jack, jack, jack, jack, jack, jack, jack, jack)
(She's got the jack, she's got the Jack)
She's got the jack, she's got the Jack
She's got the jack, you never know!
She's got the jack, she's got the jack
She's got the jack
She's got the jack, and it hurts!
(She's got the jack)
She's got the jack, jack, jack, jack, jack, jack, jack
She's got the jack
Aaaaaah!

Oooooh!
Thank you, thank you, thank you people, thank you, thank you
I'm glad you like the show, yes, thank you very much folks.
Goodnight and God bless!

Ah, et pour ceux qui se demanderaient, oui, il y a une métaphore dans cette chanson.

22 janvier 2011

Hé, t'as vu ?...

... j'ai un nouveau skin !!! (bon, je sais, c'est plutôt nul comme message... Du coup, t'as droit à Victoria Moore; cool, non ?)


19 janvier 2011

WBCOOP : IN !

  
Pokerstars lance son WBCOOP 2011 et je tenterai d'être de la partie (je suis en effet pas très doué pour être présent à des heures fixes devant mon ordi...). Les prix sont beaux (50k de ticket pour les SCOOP, notamment) et le field devrait être maîtrisable. En même temps, je dis ça, je dis rien. Ah oui, pour mes amis français: désolé, c'est sur le .COM...


Online Poker
I have registered to play in the PokerStars World Blogger Championship of Online Poker! The WBCOOP is a free online Poker tournament open to all Bloggers, so register on WBCOOP to play.
Registration code: XXXXXX 892835

16 janvier 2011

9/1309

         
9è sur 1309 entrants, donc une table finale, dans un 5 rebuy sur Ongame, ça rapporte 273$. Ouiiiii ! Bon, c'est pas avec ça qu'on va devenir riche; faudrait que j'essaie plutôt le trafic de d'armes ou de filets mignons... On verra.


2 janvier 2011

BB II (2/2)

  
BB pour bankroll builder. Un p'tit tour en passant pour poster deux graphes et donner la suite de mes aventures de bankroll builder en cash game sur winamax. J'ai joué 5k+ mains en NL5, juste en haed's up, et suis passé en NL10 en 5-handed. Au niveau des souhaits, je vais terminer mon sacerdoce en NL lorsque j'aurai atteint 10k hands. Je monterai ensuite en HU NL10 et garderai le 5-handed à la même limite. Je suis toujours underollé, mais je pense quand même pouvoir faire face à la variance et toutes ces conneries, grâce notamment aux livraisons de jujudu56, de ribery39 ou de dupondmarcel et janmich75600... Enfin, j'dis ça, j'dis rien. Les images :

HU NL5 :
5'661 mains - + 65.00€

 NL10 :


1'955 mains - + 52.64€

So far, so long...

1 janvier 2011

La part sombre du joueur de poker


Trouvé sur le net, grâce à la rétrospective de l'année 2000 du Club Poker, un article de blog décrivant les débuts au poker d'un John Random américain. Sans entrer dans le jugement, je crois que cet aveu révèle bien la part sombre qu'il y a en tout joueur de poker, de roulette, de paris sportifs, de jeux d'argent en général... N'oublions pas que nous jouons par et pour le pognon, et, force est d'avouer, que cet aspect-là du jeu ouvre une fenêtre sur toutes les perversions de l'âme humaine.
Vous trouverez ci-dessous le texte original en anglais, ainsi qu'une traduction assurée par mes soins. Et vous en penserez ce que vous voulez. Bonne année, bande de feignasses !

La mort aux rats

Noël 2000

Okay, vous allez peut-être penser que je suis la pire personne au monde, mais ce qui suit est une histoire vraie.

Je travaillais comme ambulancier aux urgences lorsque nous reçumes un appel concernant une dame qui vomissait tripes et boyaux, à la sortie de la ville, dans une banlieue de classe moyenne inférieure.

Nous la trouvâmes dans sa salle de bains. C'était une grand-maman de 68 ans et force était de constater qu'elle vomissait d'immenses gerbes bleus.

"Qu'avez-vous mangé", lui demandai-je. Je n'avais jamais vu du vomi bleu avant.

"De la mort aux rats," me répondit-elle entre deux saccades. Il y avait du vomi bleu partout sur ses vêtements et sur le sol de la salle de bains. C'était comme si un Charles Manson en bleu avait été là.

"J'ai perdu six cents dollars," elle pleurait.

"Avez-vous appelé la police ?"

"Non," elle gerba encore. "Je les ai perdu au casino." Je fus touché par l'éruption suivante. "Je veux mourir," elle haleta.

"Ce poison fera l'affaire," lui dis-je, "Mais vous ne mourrez pas aujourd'hui. Nous allons vous emmener avec nous."

Pendant qu'elle me racontait son histoire, je lui mis le masque à oxygène et lui branchai le moniteur cardiaque. Nous l'emmenâmes, sirènes hurlantes.

À l'Hôpital, le personnal médical lui enfila un long tube dans l'estomac afin de pomper le poison qui y résidait.

"Pourquoi une gentille vieille dame voudrait prendre de la mort aux rats ?," me demanda une infirmière.

"Elle a perdu tout son argent en jouant au poker à Foxwoods (célèbre casino américain de la côte est. NdT.)".

"C'est horrible."

"La semaine dernière, j'ai eu un autre cas avec une vieille dame -- déshydratation et atteinte dans sa santé mentale. Sa fille m'a dit qu'elle avait été à Foxwoods jouer au poker pendant quatre jours de suite sans manger ou prendre ses médicaments"

"Ils ne devraient pas laisser jouer des gens comme ça."

"Je ne sais pas," répondis-je. "Je suis en train de réfléchir à descendre au Foxwoods moi-même. Je ne connais rien au poker, mais j'ai des chances si mes adversaires sont comme ces deux vieilles dames."

"Tu es horrible," me lança l'infirmière, "À propos, tu as du vomi bleu sur tes pantalons" ajouta-t-elle.


***

Hey, appellez-moi "coeur de pierre", mais c'est l'histoire qui m'amena à m'asseoir aux tables. Je ne suis certainement pas capable de bluffer T.J. Cloutier, d'avoir un read sur Doyle Brunson ou de pièger Howard Lederer, mais quand il est question de checkraiser des vieilles dames, je ne montre aucune hésitation. Aucune. 

***
Rat poison

Christmas 2000

Okay, you're going to think I'm the worst person in the world, but this is a true story.

I'm working the 911 ambulance when we get a call for a woman vomiting up near the city line off Blue Hills Avenue, a lower middle class neighborhood.

We find her in the bathroom. A sixty-eight year old grandmother, and sure enough she's vomiting -- vomiting huge chunks of snow cone blue vomit.

"What'd you eat?" I ask. I've never seen blue vomit before.

"Rat poison," she says in between retches. There is blue vomit all over her clothes and the bathroom floor. Its like Charles Manson in blue has been there.

"I lost six hundred dollars," she cries.

"Did you tell the police?"

"No," She pukes again. "I lost it at the casino." I get hit with the next blast. "I want to die," she gasps.

"This stuff will do it," I say, "But you're not dying today. We need to get you going with us."

While she tells me her sad tale, I put her on oxygen, pop in an IV line, and hook up the heart monitor. We take her in lights and sirens wailing.

At the hospital the medical staff shoves a long plastic tube into the woman's stomach to pump the poison out.

"Why would a nice old lady want to eat rat poison," the triage nurse asks me after I wheel my stretcher out of the room.

"She lost all her money playing poker at Foxwoods," I tell her.

"That's terrible."

"Last week I had another old lady -- dehydrated with altered mental status. Her daughter told me she'd been at Foxwoods playing poker for four days straight and hadn't eaten or taken her medicine."

"They shouldn't let people like that gamble."

"I don't know," I say. "I'm thinking about going down to Foxwoods myself. I don't know anything about poker, but I'm liking my chances if my competition is ladies like those two."

"You're awful," she says, "By the way you've got blue vomit on your pants," the nurse says.

***

Hey, call me cold-hearted, but that's the story of how I came to sit at the tables. I may not be able to bluff T.J. Cloutier, make a read on Doyle Brunson, or outthink Howard Lederer, but when it comes to checkraising old ladies, I show no hesitation. No hesitation. 


L'article original